SUIVANT

PRECEDENT

RETOUR

Les Installations

                          

Nous disposons dans notre colonie de douze compartiments pour héberger nos pigeons.

Là encore ce nombre, a été atteint progressivement, au fur et à mesure des saisons et de nos besoins toujours avec en tête le soucis de la commodité de ces installations.

Nous avons 4 compartiments pour les veufs ( 44 ), un pour des yearlings mâles célibataires ( 35 ), un pour les femelles yearlings célibataires ( 22 ), deux pour les jeunes ( 2 x 60 ), deux pour les « reproducteurs » ( 20 couples dont 8 de producteurs et 12 d’éleveurs ) et deux autres pour les femelles des veufs.

Toute cette infrastructure représente environ 28 m de colombiers.

 

Les colombiers de jeu sont orientés au Sud Est et les colombiers d’élevage ( qui sont ouverts complètement sur la façade mais protégés par des stores ) sont orientés au Sud Ouest ( cette situation n’est pas idéale du tout car l’infiltration d’eau y est potentiellement importante…mais les stores et les vitres nous permettent d’obtenir une sécheresse acceptable).

Nos jeunes sont sur caillebotis avec sous ceux ci une couche de litière absorbante.

Comme l’a dit Vincent Schroeder dans ses interventions il faut veiller très attentivement à la santé des jeunes pigeons car ce sont eux les plus fragiles.

Etant sur ces caillebotis ils sont donc en permanence isolés des fientes.

Nous savons tous que les pigeonneaux picorent n’importe quoi et notamment les fientes. Même dans les colombier soigneusement grattés, désinfectés, brûlés et blanchis on ne pourra jamais exclure totalement ce contact direct entre les pigeons et les fientes si ce n’est par l’utilisation de caillebotis (et encore…).

De nombreux parasites des pigeons ont un cycle entérique c’est à dire qu’ils se développent dans les intestins, y pondent des œufs qui seront rejetés avec les fientes à même d’être picorés par d’autres pigeons qui seront eux aussi hôtes de ces parasites ; c’est le cas des vers intestinaux par exemple et je pense que Vincent aura bien un petit article à nous écrire sur le sujet.

Ils sont hébergés sur perchoir individuel, bénéficient d’une volière pour leur permettre notamment de s’habituer aux alentours avant leur première sortie.

Le colombier des jeunes est équipé d’un spoutnik américain.

Nos veufs sont dans des cases individuelles. Le sol est un plancher simple en triplex.

Les colombiers de veufs sont nettoyés deux fois par jour en saison sportive. Il faut éviter de déranger les veufs au maximum durant cette saison afin que leur repos soit le meilleur possible.

Nous avons prévu des rideaux pour les maintenir dans une certaine pénombre (ce ne sont pas des rideaux comme on peut employer pour ralentir la mue des pigeonneaux) et leur éviter de voir ce qui se passe à l’extérieur, notamment les volées des femelles et des pigeonneaux.

Il n’y a pas de caillebotis étant donné le faible nombre de veufs par compartiments.

Les Yearlings mâles célibataires sont tenus sur perchoirs individuels.

Les femelles ont quelques nids à disposition. Une volière extérieure est disposée entre les deux compartiments de yearlings afin de pouvoir les réunir le matin de l’enlogement. 

Les yearlings ont été accouplés pour un couvage de 10 jours au début de saison et nous joueront ainsi une sorte de veuvage.